Internet, mobile et e-commerce : La Chine, un cas d’exception

Le commerce en ligne en ChineLa Chine avec ses 500 millions d’internautes et près d’1 milliard d’utilisateurs de téléphone mobile à fin 2011, surprend par sa rapidité à s’approprier les nouvelles technologies. Mais ils adoptent aussi les usages qui les accompagnent. Envolée de l’utilisation des réseaux sociaux (Renren, Qzone et autres : 1 internaute chinois sur 2 a un compte sur un réseau social), du micro-blogging (Sina Weibo …) et des achats en ligne.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette ruée sur les réseaux virtuels et leurs applications, et leur ancrage pérenne dans les modes d’information et de consommation en Chine.

 – la politique de l’enfant unique, mise en place en 1979, fait que l’enfant ou jeune adulte ne peut dialoguer avec des frères et sœurs. Les réseaux sociaux et le mobile sont donc un moyen de contact et d’échange immédiat avec des relations d’âge comparable. Internet est donc particulièrement apprécié des jeunes (en 2011, 60% des internautes chinois ont moins de 30 ans).

– les distances et les infrastructures encore insuffisantes (réseau routier et ferroviaire, services postaux,…)  rendent attractifs les réseaux de communication virtuels, permettant de communiquer voix, sons, images à ses correspondants de façon immédiate.

– le taux de possession de véhicules, bien qu’en augmentation, est encore faible en Chine (5% contre 80% aux USA par exemple, soit le niveau de ces derniers en 1916 !. On comprend aussi mieux l’intérêt des constructeurs pour ce marché). Les achats en ligne et la livraison à domicile sont donc plébiscités.

– depuis leur mobile ou leur clavier d’ordinateur, le sentiment d’anonymat et de liberté est ressenti par les utilisateurs, peu familiers du fait.

– les migrations importantes des paysans vers les villes, ont éloigné les membres des familles et voisins, qui se retrouvent online.

– si la distribution moderne se développe avec les hypermarchés et grands magasins, le commerce traditionnel reste prédominant. La part des 20 premiers distributeurs ne représente ainsi que 13% des ventes en Chine, contre 51% en France ou 30% aux USA (source : BCG). L’abondance des offres présentes sur les sites web, de marques locales et étrangères, est donc une révolution par rapport aux assortiments limités des boutiques classiques.

 Le comportement d’achat des internautes chinois est le reflet de l’éco-système original qui se constitue. Ainsi, plus d’1 internaute chinois sur 2 envisagerait Internet comme lieu d’achat possible pour des produits de luxe.  Et près de 60% des internautes estiment qu’une marque qui diffuse des informations via micro-blogging est plus rassurante.

 

A propos Patrick Saucet

Consultant Formateur marketing digital et e-tourisme. Passionné par les nouvelles tendances et technologies disruptives - Objets connectés, Open innovation, Impression 3D, Big Data, ...
Cet article, publié dans Marketing Chine, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s