Clermont-Ferrand, la Chine et la R&D

Clermont-Ferrand et la ChineLes clichés ont la vie dure. Interrogez une personne sur Clermont-Ferrand et elle vous citera Michelin, la cathédrale, les façades en basalte tristounettes et le trajet en train interminable depuis Paris (on est plus vite arrivé à Marseille).

 Soucieuse de combattre cette image peu flatteuse, l’Auvergne a depuis longtemps multiplié les initiatives pour promouvoir le tourisme, désenclaver un territoire difficile d’accès, communiquer sur ses atouts naturels. Avec des résultats plutôt encourageants.

 Et la Chine alors ? Clermont-Ferrand accueille chaque année plus de 1500 étudiants chinois, ce qui en ferait la 2ème ville en proportion, après Paris. Une première coopération de la région avec la province du Liaoning, au nord-est de la Chine, a été suivie d’un jumelage de Clermont-Ferrand avec la ville d’Anshan (plus d’1 million d’habitants). Depuis, les conventions de coopération entre universités clermontoises et chinoises se multiplient, ainsi que les partenariats scientifiques ou économiques.

 La région n’est pas en reste pour la Recherche et Développement. Les pôles de compétitivité excellent avec la mécanique (Viameca), les céréales (Céréales Vallée), la viande (Innoviandes), le bois (Promobois), … 7 clusters d’excellence Auvergne complètent ce réseau, dans les domaines de la santé, les éco-industries ou la plasturgie.

 A la base de ces développements, un objectif : la création de valeur pour une région et un territoire dont les atouts initiaux offraient peu de perspectives.

Les collectivités locales, région et municipalités en tête, sont toutes engagées dans ce processus de valorisation de leur potentiel d’attractivité. De la mise en valeur d’un monument historique au festival local, jusqu’aux partenariats internationaux, les moyens sont multiples.

Par comparaison, les entreprises et en particulier les PME semblent timides dans leur propre création de valeur, qu’elle soit globale et au profit des actionnaires, ou orientée marketing et destinée à conquérir et satisfaire le consommateur. Un potentiel de croissance, au final, et c’est un point positif

A propos Patrick Saucet

Consultant Formateur marketing digital et e-tourisme. Passionné par les nouvelles tendances et technologies disruptives - Objets connectés, Open innovation, Impression 3D, Big Data, ...
Cet article, publié dans Innovation Marketing, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s